Et si on inversait la classe : deuxième épisode

Et si on inversait la classe : deuxième épisode

Dans un blog précédent, nous indiquions que les premières évaluations des MOOC étaient mitigées. Au bout de six ans d’existence, les MOOC se sont bien imposés dans le paysage de la formation mais la déferlante annoncée n’a pas eu lieu. Qu’en est-il de la classe inversée, autre grande innovation pédagogique de ces vingt dernières années à laquelle nous avions consacré un blog il y a quelques semaines ?

Le bilan est sans doute plus intéressant à étudier pour cette dernière. En effet, les MOOC sont sans doute moins révolutionnaires d’un point de vue pédagogique que la classe inversée. Dans cette dernière modalité, c’est bien le rôle du formateur qui change fondamentalement durant les phases de face-à-face avec les stagiaires.

Pendant ces « classes » (ces moments de formation en présentiel), il est en effet moins un apporteur de contenu qu’un accompagnateur qui sait mettre en perspective les contenus à étudier, animer les cas et mises en situation, proposer des approfondissements et organiser les échanges entre les stagiaires (bonnes pratiques, retours d’expériences). Dans cette pédagogie, l’appropriation des contenus par les stagiaires est un travail individuel et solitaire : c’est bien le stagiaire qui doit étudier de manière autonome les éléments de contenus que le formateur lui a mis à disposition. Cette solitude du stagiaire pendant ce temps d’appropriation peut être préjudiciable à la classe inversée.

C’est sans doute à ce niveau que les plateformes de formation peuvent être des leviers d’amélioration des pratiques de classe inversée. Elles peuvent en effet offrir des modalités d’accompagnement du stagiaire pour ne pas le tirer de son isolement durant ces périodes d’appropriation des contenus. Avec notre plateforme MOOV, un stagiaire peut échanger avec le formateur en mode synchrone en le voyant et/ou en l’écoutant dans des webinaires. Cette évolution de la relation avec le stagiaire est tout sauf anecdotique. En effet, durant une formation, si le temps d’appropriation des contenus du stagiaire devient rythmé par des échanges avec le formateur alors son isolement est rompu. Et ce temps d’appropriation devient alors beaucoup plus productif.

Les effets positifs de la classe inversée sont donc démultipliés par l’utilisation d’une plateforme digitale de formation. Et notre plateforme MOOV est conçue pour optimiser ces interactions entre les stagiaires et le formateur.

Alors, MOOV, vous vous y mettez quand ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *