Formation digitale : attention à ne pas tout révolutionner !

Formation digitale : attention à ne pas tout révolutionner !

Cinq principes pour créer son module digital avec ASKOTT

 Ça y est ! Depuis le temps qu’on en parle, la digitalisation des formations est maintenant accessible à tous ! Faciles d’usage et peu coûteuses, les plateformes de formation (les fameuses Learning Management Systems) sont aujourd’hui à la fois innovantes, fluides et fiables. Chez ASKOTT, notre plateforme MOOV est à votre disposition pour créer vos propres modules digitaux.

Pour ce faire, respecter les cinq principes suivants ne peut que vous aider.

 

Principe 1 : En matière de formation digitale, le « back to the basics » est plus que jamais d’actualité !

Peut-être le savez-vous déjà, créer un module de formation … prend du temps ! Et le fait qu’il soit 100% présentiel ou qu’il intègre une dimension digitale ne change évidemment rien ! Avant de commencer quoi que ce soit, ne changez pas vos bonnes habitudes : définissez les objectifs et le fil rouge de la formation.

Ce premier temps peut également être l’occasion de réaliser une étude d’ingénierie pédagogique afin d’analyser le contexte, les cibles, les besoins et la stratégie de cette formation. Il faut ensuite passer à la phase modélisation du dispositif de formation, définir les méthodes pédagogiques, les activités et les technologies à utiliser.

 

Principe 2 : Choisir son mix digital 

C’est la première décision à prendre : quelle est la « part de digital » que vous souhaitez mettre dans votre formation ? Classiquement, on distingue la modalité présentielle du e-learning (mise à disposition de contenu électronique que le stagiaire s’approprie sans la présence du formateur) et du webinaire (conférence en ligne avec la présence simultanée des stagiaires et du formateur et/ou d’un expert tiers).

C’est à vous de choisir le mix qui vous convient en sachant que chez ASKOTT nous plaidons pour des modules de formation mixtes complets c’est-à-dire combinant à la fois des temps présentiels, de l’e-learning et des webinaires. J’ajoute que notre compétence et expérience en la matière peuvent même – sur simple demande de votre part – vous aider à trouver le bon équilibre entre ces trois modalités.

 

Principe 3 : Penser le contenu du module

 L’une des grandes forces du digital, c’est qu’il permet la scénarisation d’un module de formation. Certains formateurs n’hésitent pas à imaginer leur contenu en créant par exemple des storyboards c’est-à-dire des représentations illustrées d’un film avant sa réalisation.  C’est une bonne méthode pour structurer ses idées et les présenter de manière pédagogique.
Une fois le scénario (ou les scénarii) créé(s), il est important de les traduire en éléments multimédias (vidéos, diaporamas, webinaires…), en exercices et tests d’évaluation (études de cas, QCM…). Si vous avez opté pour un module de formation mixte, le séquençage des différentes modalités d’apprentissage (présentiel, e-learning et webinaire) doit enfin être défini avec précision.

 

Principe 4 : Construire l’interactivité digitale 

 Les conversations entre les stagiaires et le formateur d’une part et des stagiaires entre eux d’autre part sont l’un des leviers clés pour réussir une formation. On parle volontiers à ce sujet d’interactivité d’une formation. Mais comment l’obtenir dans un environnement digital.

Et bien tout simplement, en jouant concrètement sur la complémentarité des différentes modalités de la formation :

– Au présentiel les activités relationnelles comme l’étude de cas, l’échange de pratiques ou plus globalement des mises en situation.

– Au e-learning, les modules plus formalisés apportant de la connaissance souvent assez structurée

– Enfin au webinaire, les échanges plus précis  comme les questions-réponses ou  les approfondissements sur tel ou tel point.

Bien entendu, cette spécialisation de chaque modalité de l’interactivité est schématique et peut être nuancée. Elle n’en reste pas moins un guide utile pour la construction de l’interactivité digitale de votre module.

 

Principe 5 : Déterminer l’évaluation digitale

 Evaluer les stagiaires est bien entendu indispensable. En la matière la méthode classique « avant-après » fondée généralement sur des QCM augmentées de quelques questions ouvertes reste très performante. L’évaluation du début de formation sert à « positionner » les stagiaires avant que la formation proprement dite ne débute, celle de fin de formation permet dans l’idéal de mesurer à la fois la progression des stagiaires, leur positionnement final et plus globalement leur montée en compétence.

Pour conclure, il est donc indispensable de penser en amont les caractéristiques stratégiques de votre module. Chez ASKOTT, nous avons développé une réelle expertise en la matière et nous pouvons vous aider sur chacune des étapes développées ci-dessus.

 

Alors, la digitalisation de vos modules de formation, vous vous y mettez quand ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *